Pour bien commencer le second semestre, Radio Germaine est partie à la rencontre des organisations politiques et syndicales sciences-pistes. Souvent méconnues, elles témoignent pourtant de la pluralité des opinions à Sciences Po et de la vivacité de l’activité politico-syndicale.

Pour ce numéro, Radio Germaine a rencontré Elise Rouger, membre de Solidaires Etudiant-e-s Sciences Po et élue étudiante au Conseil de la vie étudiante et de la formation. La section locale revendique une vingtaine d’adhérents à jour de cotisation et repose sur une gouvernance autogestionnaire.

Radio Germaine est revenue sur les dernières actualités étudiantes, que ce soit les dernières élections, la réforme des frais d’inscriptions ou encore la situation sanitaire, où Solidaires Etudiant-e-s Sciences Po a détaillé ses différentes revendications.

Un temps a également été réservé à la crise institutionnelle à Sciences Po. Outre la démission de Frédéric Mion, condition de retour à l’apaisement selon Solidaires Etudiant-e-s Sciences Po, revendique une refonte démocratique de la gouvernance et une réflexion approfondie dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles à Sciences Po.

« Certains étudiants et surtout des étudiantes ne souhaitent plus revenir dans les locaux, ont peur de revenir à Sciences Po, quand un directeur a protégé un auteur présumé d’inceste. »

Enfin, concernant la récente polémique suivant la publication d’un article du Figaro sur une supposée « l’idéologie racialiste » à Sciences Po, Solidaires Etudiant-e-s Sciences Po estime que le débat n’a pas lieu d’être et revendique la liberté académique de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le syndicat appelle par ailleurs à la modération des propos tenus par Nova dans son communiqué dénonçant un « lynchage en règle » d’une « minorité agissante d’extrême-gauche », et revendique la liberté de caricature.

Cet enregistrement s’est déroulé le mardi 19 janvier 2021 dans le respect des règles sanitaires.

Réalisation : Gautier Crépin-Leblond, Victor Gout, Paul Jarrige.