« C’est l’heure d’agir. C’est pas 2027. C’est maintenant. »

Léo Barès et Sacha Besson résument ainsi l’esprit de la Primaire Populaire. Ils comptent ainsi renverser la table de l’élection présidentielle avec le jugement majoritaire, un mode de scrutin novateur qui permet de placer chaque candidate et candidat sur un spectre d’approbation. 

Avec la volonté d’unir les gauches autour d’une candidature légitimée par un vote représentatif des aspirations de toutes et tous, cette primaire ouverte semble présenter un grand nombre d’avantages pratiques et théoriques.

Mais dans le contexte actuel de guerre ouverte à gauche, de candidatures solitaires de Jean-Luc Mélenchon, de Fabien Roussel, du NPA, de LO, et avec la primaire écologiste, est-ce que ce n’est pas trop beau ?

Pauline Lecouvé et Alexandre Bouyé ont cherché à en savoir plus…